TÉLÉCHARGER WOLOFAL SERIGNE MBAYE DIAKHATE GRATUIT

Le poète de Joal a joué un grand rôle dans la prise de conscience des gens de ma génération. Il fallait épouser les idées politiques de Senghor ou les combattre. Soutenir ses vues philosophiques ou les réfuter. Paradoxalement cela a produit quelque chose de positif chez chacun de nous.

Nom:wolofal serigne mbaye diakhate
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:44.38 MBytes



Le poète de Joal a joué un grand rôle dans la prise de conscience des gens de ma génération. Il fallait épouser les idées politiques de Senghor ou les combattre. Soutenir ses vues philosophiques ou les réfuter. Paradoxalement cela a produit quelque chose de positif chez chacun de nous. Senghor ayant abordé tous les thèmes, on ne peut combattre ses idées sans faire comme lui ou tout au moins le tenter. Pourtant, il y a unanimité sur un point. Léopold Sédar Senghor a apporté un prestige énorme à notre continent par son grand talent de poète.

Etrange destin que celui de ce déchiffreur des ténèbres. Cet éclaireur qui se veut à la croisée des chemins, à la rencontre de ses frères et qui, très souvent demeure un incompris. Et lui? Maîtres de la parole et des différents métiers, éléments les plus productifs, respectés et craints. La force vitale y trouve sa source. Le maléfice, comme le bienfait y ont leurs racines.

Mots codés, rythmés, chargés de symboles, ils sont censés rendre le travail accompli parfait. Aussi distingue-t-on la parole murmurée ou soufflée, généralement sur une blessure ou pour conjuguer le mauvais sort. La parole confiée au disciple parce que sacrée. Donc dans la société traditionnelle, la parole est au début et à la fin de toute action. Or, on ne conçoit pas une telle puissance sans la force du verbe. Messager des Esprits, il transmet les décisions prises par des forces qui échappent au non initié.

Les signes empruntés étant les mêmes que ceux du Coran, il était difficile de faire la part des choses. Je veux parler de Khali Madiakhaté Kala En relation avec tous les grands de son époque, aussi bien les marabouts que les souverains, cet érudit a été revendiqué à la fois par les lettrés et les hommes du peuple.

Ce qui est rare. Mais Xaali est passé à la postérité grâce à la poésie. Il est vrai que certains pourraient lui reprocher une ou deux de ses attitudes considérées comme une espèce de compromis trop proche de la compromission.

Il semble que sa vie durant, il a surtout essayé de sauvegarder sa liberté de manoeuvre pour mieux se consacrer à sa création. Il ne dévie pas de la voie choisie. Fondamentalement Khali Madiakhaté Kala est resté un homme libre, un écrivain qui a essayé de ne pas biaiser avec la vérité.

Ce ne fut pas facile. Nous sommes au 19è siècle, période des bruits de guerres coloniales, de conquête et de résistance. Convoqué plusieurs fois à Saint-Louis, Khali y fut maintenu en résidence surveillée par le Gouverneur français.

Nous reviendrons sur ces moments douloureux de sa vie. Il faut dire que Khali était à la fois adulé et craint par le pouvoir colonial. Les poèmes satiriques de Xaali en wolof faisaient le tour du pays.

Ses dits devenaient aussitôt des proverbes. Que va faire un tel écrivain? Alors que Khali Madiakhaté Kala va se conduire en homme libre, en écrivain des libertés. Cette conception de son rôle va lui attirer quelques ennuis de la part de son souverain.

Le 12 janvier , le Damel Lat Dior est battu par les français à la bataille de Loro. Cependant, le poète a voulu donner une relation fidèle comme un reporter. Voilà un comportement qui pourrait surprendre si on ne connaît pas Khali Madiakhaté Kala. Bien au contraire. Aussi le même Khalife écrivit il un autre poème. Il a toujours été à côté de Lat Dior dans les moments les plus difficiles, tout en gardant ses convictions. Il a même tenté de consigner pour les générations futures, des événements qui lui ont été rapportés par des témoins oculaires.

Il ne soupçonnait pas que la duplicité des autorités coloniales atteindrait un tel degré. Pourquoi donc me retenir loin de mon pays natal? Naturellement, il ne fut pas compris par ses anciens condisciples, ni par les autres détenteurs du savoir religieux. Ses écrits auraient dû être moins profanes, pensaient-ils. Ils ne savaient pas que Khali considérait sa liberté comme la chose la plus chère de sa vie. Toute autre considération venait après. Cela lui permettait de ne pas se séparer de sa lucidité qui lui donnait un sens critique très élevé.

Ses interrogations portaient sur tous les aspects. Khali semble avoir été ébranlé par la disparition brutale de son ami. Il nous livre ses sentiments avec amertume.

Et ne le viole jamais tant que tu vivras. Rokhaya sois fidèle, ne romps pas les liens qui nous ont unis. Moi, je respecte ma parole. Honore, honore donc la tienne. Mon secret, garde le. Ne le révèle à personne. Je ne veux pas que mes secrets se dévoilent au grand jour. Il ne se prenait pas au sérieux. Le savoir dont il est question, se veut un savoir éclairé, non une accumulation de connaissances disparates et sans logique interne.

La nouveauté ne lui faisait pas peur. Le poète du Cayor a même écrit sur les gares en les énumérant, de Dakar à Saint-Louis, en donnant des précisions sur la spécialité de chaque halte.

Il soutient leur combat contre la présence du Gouverneur étranger installé à Ndar. Il est conscient du sens de leur refus. Toute sa sympathie va au pays. Adulés et suspects, ces écrivains ont navigué dans des eaux troubles, mouvementées. Par exemple à la disparition du fondateur du mouridisme, deux poètes de langue wolof, ont joué un rôle important dans le choix du successeur du saint homme. Devant les multiples tentatives de division de la communauté, les écrivains se fondant uniquement sur la liberté de leur plume, ont fait pencher la balance du côté de Moustapha, le fils aîné du fondateur.

Les poèmes de Moussa Ka et de Sérigne Mbaye Diakhaté expliquèrent la légitimité de la succession devant des assemblées de fidèles à travers tout le pays. En témoins de leur temps, ils laissent voir les difficultés, les hésitations sans rien occulter. Les sujets profanes avaient sa prédilection. Sa poésie est tournée vers le monde rural, les activités quotidiennes, la vie familiale. Un véritable savant ne méprise pas son prochain. Ku rëy du rëylu, ku am xam xam du xebu kemam baa kon nga xam né da fay waa ju xam té xamul.

Il insiste sur la liberté des gens de choisir. Voici le passage de ce poème. Aussi, savons-nous que sa joie provoque celle du père. Te doomi gayndé méram day jur mérum ku ko jur. Moo tax nu xam né mbégam day jur mbégum ka ko jur.

Quant à Cheikh Moussa Ka, ses prises de position sont célèbres. Etait-il conscient des dangers? Il en donne la liste. Alfadio Sow, un linguiste guinéen nous montre dans son anthologie consacrée aux poètes du Fouta Djallon ce que la langue pulaar a apporté à la littérature africaine.

Disons que ces précurseurs, ces écrivains qui ont employé la langue arabe ou les parlers africains ont pris conscience de la liberté de création dans la littérature. La jeune génération devrait mieux les connaître. Mais de quelle liberté faut-il parler?

La difficulté se trouve ailleurs. Dilemme douloureux. Revendiquant une liberté totale pour mieux se consacrer à la création, se croyant utile à sa communauté, celle-ci ne lui renvoie pas la même image. Exercice périlleux qui ressemble à une danse sur une corde raide. Car, il ne se contente pas quelquefois de rester le découvreur de sa propre vérité, il veut faire de même pour son prochain. Elle veut bien applaudir, encourager un auteur, mais à condition que sa production soit recommandable et respecte ses valeurs.

Le renoncement serait un suicide. Pourtant, que de sacrifices. Ses attaques contre Verrés, proconsul en Sicile sont restées célèbres.

TÉLÉCHARGER PSIM 9 GRATUIT

Calendrier

.

TÉLÉCHARGER SIGMAKEY BOX GRATUIT

DES IDÉES REÇUES SUR LES LANGUES AFRICAINES

.

Similaire